Présentation

L’association
L’association « Gospel in Chilly » (association régie par la loi de 1901) regroupe des adultes qui se retrouvent à Chilly-Mazarin (91) pour partager un plaisir : chanter ensemble.

Le chœur « Gospel in Chilly » se réunit  sous la direction d'Irene DORIA, Cheffe de chœur professionnelle,  qui a remplacé en septembre 2018 Fabrice Vanhalwyn chef de chœur bénévole depuis 1999.

 

L’association est régie par la loi de 1901 et comprend des adhérents qui élisent pour deux ans un bureau composé de 4 à 6 membres : un président, un ou deux vice-présidents, un secrétaire et un secrétaire adjoint et un trésorier.

L’assemblée générale du 25 juin 2018 a renouvelé le bureau qui est à ce jour constitué des personnes suivantes :

    -   Président(e) : André DUCOULOMBIER
    -   Vice-Président(e) : Cristelle FIRMIN
    -   Secrétaire : Joëlle DREVET
    -   Trésorier(e) : Régine ROGUIER

    -   Trésorier(e) - adjoint(e) : Françoise FRY

    -   Communication : Marie-Hélène MORET

    -   Adjointe à la cheffe de chœur : Fernande QUERCY

 

Les Répétitions 

Tous les lundis à 20 H 30

Les moments festifs

Accueil des nouveaux

Noël

Galette des Rois

Assemblée Générale

 

Retour

Les concerts
Concert en prévision fin janvier 2020.

 

Retour

Le répertoire

Notre répertoire se compose aujourd’hui : 

  • Glory, Glory Alleluia
  • Nobody Knows
  • Rock A My Soul
  • Shosholoza
  • There's Something On My Mind
  • Tramp This Wold By Myself
  • Will The Circule Be Unbroken 

 

Retour

L’histoire du Gospel

Les premiers esclaves africains sont arrivés en Amérique du Nord en 1612. La répression esclavagiste interdisait toute expression musicale et toute référence culturelle à l’Afrique. Cependant les worksongs, improvisations a capella d’un chanteur reprises par un chœur, ou les hollers, brefs cris ou interjections, étaient utilisés dans les champs de coton comme messages codés pour se prévenir mutuellement des dangers ou pour préparer les évasions.
Le 18e siècle a été marqué par un profond mouvement religieux (The Great Awakening en 1750, puis le Revival de 1780 à 1850) en deux phases : les esclaves noirs ont découvert la religion chrétienne et l’ont adoptée.
Pendant l’époque douloureuse de l’esclavage, ce peuple s’est reconnu dans les hébreux captifs en Egypte. C’est pourquoi on retrouve dans les chants surtout des thèmes et des personnages issus de l’ancien testament.
Petit à petit, les pratiques profanes imprégnèrent les habitudes de culte de ce peuple. C’est par les Negro spirituals, prières chantées et sermons improvisés sous forme d’appels et de réponses entre le pasteur et ses fidèles, que se passaient les célébrations.

Les Negro spirituals sont les chants des Noirs déportés et réduits en esclavage aux Etats-Unis d'Amérique, essentiellement à compter de l'apparition des premières églises réservées aux Noirs, à partir de 1773. Vivaces jusqu'à l'apparition du Jazz et des Gospel songs dans les années 1920.

Les Spirituals se distinguent du Gospel : ils se chantent sans instrument. Le Gospel, lui, est né de l'introduction d'instruments dans les églises. Sans auteur connu, issus d'une tradition orale séculaire, les spirituals sont du domaine public. Enfin, alors que les Gospel songs sont chantés quotidiennement dans les églises Noires, le spiritual n'est plus une culture vivante aux Etats-Unis. Les deux sont souvent confondus car les interprètes de Gospel reprennent les hymnes traditionnels des spirituals, avec des arrangements et une orchestration qui leur sont propres.

A la fin du 19e siècle, lorsque l’esclavage fut aboli, le negro spiritual, qui avait été adapté en concert par différents groupes commença à être diffusé à l’extérieur des églises par des chorales Gospel.

On donne au mot Gospel même 2 origines l’une qui vient de la contraction des mots « God » (Dieu) et « spell » (charme/incantation) et l’autre qui signifie « good » (Bonne) « spel » (Nouvelle) en un mot l’Evangile.

 

Retour